Milo Ventimiglia - Filmography - Television

Download in Excel, CSV or JSON

Structured data parsed from Wikipedia. Television

Data Source : WIKIPEDIA
Number of Data columns : 4 Number of Data rows : 32
Categories : economy, demography, politics, knowledge

Dataset

Data row number Year Title Role Notes

Download the dataset to see the full list of 32 entries

Data Columns

Name Description Data Type
Year text
Title text
Role text
Notes text

Other datasets published on Basedig

Immigration en France - Données statistiques - Immigrés et descendants d'immigrés

From WIKIPEDIA

Structured data parsed from Wikipedia. Immigrés et descendants d'immigrés Selon la définition des Nations unies (« personne née dans un autre pays que celui où elle réside »), en 2010 l'immigration en France représente 7,2 millions de personnes, soit 11,1 % de sa population, dont 5,1 millions (7,8 %) nées hors de l'Union européenne. Elle se classe ainsi au sixième rang mondial pour le nombre d'immigrés, derrière les États Unis (42,8 millions), la Russie (12,3), l'Allemagne (9,8), l'Arabie saoudite (7,3), et le Canada (7,2). Parmi les pays de l'Union européenne, elle se classe donc au second rang derrière l’Allemagne, et devance en particulier le Royaume Uni (7 millions), l'Espagne (6,4) et l'Italie (4,8). En proportion de la population totale, la France (11,1 %) se situe au 12e rang, derrière le Luxembourg (32,5 %), Chypre (18,8 %), l'Estonie (16,3 %), la Lettonie (15,3 %), l'Autriche (15,2 %), la Suède (14,3 %), l'Espagne (14 %), l'Irlande (12,7 %), la Slovénie (12,4 %), l'Allemagne (12 %), le Royaume Uni (11,3 %), et à égalité avec la Grèce (11,1 %) et les Pays Bas (11,1 %) ,. immigration en France En 2008, selon la définition plus restrictive de l'Insee, la France métropolitaine compte 5,3 millions d’immigrés, soit 8 % de la population. Il y a 1 million d’immigrés de plus qu’en 1999, soit une augmentation de 22 %. 40 % d’entre eux ont la nationalité française, acquise par naturalisation ou par mariage. Ils sont principalement originaires de l'Union européenne (34 %) et du Maghreb (29 %), puis d'Asie (14 %, dont près d’un tiers de la Turquie) et d'Afrique subsaharienne (13 %),. Les enfants d’immigrés, descendants directs d’un ou deux parents immigrés, représentent quant à eux 6,7 millions de personnes, soit 11 % de la population. 3,2 millions d’entre eux ont leurs deux parents immigrés. Ils sont principalement originaires de l'Union européenne (47 %) et du Maghreb (30 %), puis d'Asie (9 %, dont plus d’un tiers de la Turquie) et d'Afrique subsaharienne (9 %). Au total, immigrés (5,3 millions) et descendants direct d'immigrés (6,7 millions) sont, selon la définition de l'Insee, au nombre de 12 millions en 2008, soit 19 % de la population. 4,9 millions (41 %) sont originaires de l’Union européenne et 3,6 millions (30 %) du Maghreb,. En 2011, près de 200 000 immigrés s'installent en France chaque année. En 2006, 40 % des immigrés résident en Île de France (où un habitant sur trois est issu de l'immigration), 11 % en Rhône Alpes et 9 % en Provence Alpes Côte d’Azur. Une étude conjointe de l'INSEE et de l'INED, précise le parcours familial des populations qui ont une histoire avec les migrations. La définition de celle ci est encore différente de la définition des immigrés, car elle intègre en plus les Français nés à l'étranger, dans les DOM, les rapatriés ainsi que tous leurs descendants. Cette étude révèle que 30 % de la population métropolitaine âgée de 18 à 50 ans a un lien avec la migration sur deux générations (12 % des 18 50 ans sont nés à l'étranger ou dans un DOM et 18 % sont des descendants directs). On peut aussi y voir que seul 16 % de cette population n'a pas d’ascendance Française: Origine géographique Origine géographique Sur une génération Sur une génération En 2008, 43 % des immigrés (2,3 millions) sont originaires d'un pays d'Afrique, dont 30 % (1,6 million) du Maghreb. Cette dernière proportion est restée quasiment stable de 1982 à 2008, tandis que la part de l’Afrique subsaharienne est passée de 5 % à 13 % sur la même période, soit une hausse proportionnelle de 140 %.34. En 2010, sur les 13,8 millions d’Africains vivant hors du continent 19 % vivent en France (2,62 millions). La France est ainsi la première destination des habitants d’Afrique loin devant l’Arabie saoudite, les États Unis et le Royaume Uni35. La France est en effet la destination naturelle des habitants du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne francophone. En raison de la croissance rapide de la population africaine (deux milliards d’habitants en 2050) des observateurs prédisent un doublement à venir des flux extra africains. Même, s'il est assez difficile de faire des prédictions il est probable que «les 30 années à venir seront sans doute marquées par une montée en puissance de l’immigration africaine» 35. La proportion d’immigrés en provenance de l’Union européenne n’a cessé de chuter depuis 1975, passant de 63 % à 34 % (1,8 million) en 2008. Cette chute est notamment due à la baisse progressive du nombre d’immigrés italiens, espagnols et portugais, bien que cette dernière population soit restée plus importante que les deux autres. Par ailleurs, depuis 1999, les pays d’origine de l’immigration européenne se diversifient, avec notamment une hausse de l’immigration en provenance du Royaume Uni et des pays du continent hors de l’Union européenne. 19 % des immigrés (1 million) viennent du reste du monde, principalement d'Asie. On compte entre 500 000 et 600 000 immigrés chinois en France, dont une majorité se situe en région parisienne. La part de l’Asie, Turquie comprise, dans la population immigrée est de 14 % en 2008, contre 12,7 % en 1999 et seulement 3,6 % en 1975. Répartition de la population de France métropolitaine par nationalité selon le recensement de 2014 (NAT1, Insee, RP2014) Ensemble Répartition de la population immigrée de France métropolitaine par pays de naissance selon le recensement de 2014 (IMG1B, Insee, RP2014) Sur deux générations Sur deux générations Le tableau suivant montre la répartition par origine des immigrés et de leurs descendants en 2011. En 2011, la population d’origine étrangère sur deux générations est estimée à 12,1 millions (près de 5,5 millions d’immigrés et de 6,6 enfants d’immigré(s)), soit 19,2 % de la population de la France métropolitaine. Sur deux générations, la population issue de l'immigration d’origine européenne est minoritaire : 42,7 % pour l’ensemble des pays européens contre 57,3% pour les autres régions du monde. L’Afrique fait désormais pratiquement jeu égal avec les populations d'origine européennes avec un peu plus de 5,1 millions de personnes originaires. Estimation de la population d’origine étrangère sur deux générations par origine et par génération en 2011(EFL et EAR 2011, Insee) Total Europe 2 074 3 089 5 163 42,7 Total Afrique 2 395 2 708 5 104 42,2 Total Asie 800 651 1 452 12,0 Amérique/Océanie 224 149 372 3,1 Total 5 493 6 597 12 090 100,0 Répartition sur le territoire national Répartition sur le territoire national En 2008, la majorité des immigrés réside en Île de France (38 %), en Rhône Alpes (11 %) et en Provence Alpes Côte d'Azur (9 %). En 2005, d'après une étude de Michèle Tribalat et Bernard Aubry publiée en 2009, 18,1 % des jeunes de moins de 18 ans en métropole sont d'origine étrangère, dont 11,3 % d’origine maghrébine, subsaharienne ou turque. Au niveau régional, c'est en Île de France que l'on trouve la plus forte proportion (37 %), suivie de l'Alsace (23 %), de la Provence Alpes Côte d'Azur (21 %) et de la région Rhône Alpes (20 %). Au niveau départemental, c'est en Seine Saint Denis (57 %), à Paris (41 %), dans le Val de Marne (40 %) et le Val d'Oise (38 %) que l'on trouve les plus fortes proportions de jeunes issus de l’immigration. Parmi les vingt communes françaises où leur concentration dépasse 60 % en 2005, toutes sauf une, Vaulx en Velin, sont situées en Île de France. On trouve en tête Clichy sous Bois (76 %), Aubervilliers (75 %) et La Courneuve (74 %), toutes les trois en Seine Saint Denis. En 2005, les jeunes d’origine maghrébine, subsaharienne ou turque sont devenus majoritaires dans un certain nombre de communes de la région parisienne : Clichy sous Bois (64 %), Mantes la Jolie (59 %), Grigny (57 %), Saint Denis (56 %), Argenteuil et entre 50 % et 55 % pour Les Mureaux, Saint Ouen, Sarcelles, Pierrefitte sur Seine, Garges lès Gonesse, Aubervilliers, Stains, Gennevilliers et Épinay sur Seine. Ils sont également majoritaires (entre 50 % et 55 %) dans les trois premiers arrondissements de Marseille. Rappelons que pour l’ensemble de ces chiffres, les jeunes originaires des DOM TOM, les enfants de « rapatriés », ainsi que les petits enfants d'immigrés dont les deux parents sont nés en France, ne sont pas pris en compte. Pourcentage de jeunes d’origine étrangère en 2005 Toutes origines Maghreb Afrique subsaharienne Turquie Europe du Sud Caractéristiques socio démographiques des immigrés Caractéristiques socio démographiques des immigrés Le passage d’une immigration de travail, essentiellement masculine, à une politique de regroupement familial au milieu des années 1970 a entraîné une féminisation croissante de la population immigrée. En 2008, 51 % des immigrés sont des femmes contre 44 % en 1968. La population immigrée est un peu plus âgée en moyenne (45,5 ans) que la population non immigrée (39,4 ans), car ses membres sont arrivés en France pour la plupart à leur majorité, et leurs enfants nés en France, largement majoritaires, sont comptés parmi les résidents non immigrés. Malgré des disparités selon la classe d’âge et le pays d’origine, l’âge moyen de la population immigrée est resté stable de 1999 à 2008, tandis que celui de la population non immigrée a augmenté de 1,4 an sur la même période. Le niveau éducatif des immigrés a nettement progressé depuis les années 1980, pour se rapprocher de celui des non immigrés : en 2004, 24 % des immigrés sont diplômés de l’enseignement supérieur, alors qu'ils n’étaient que 6 % en 1982. Dans le même temps, le niveau éducatif des non immigrés est passé de 12 % à 29 %. Enfants d'immigrés Enfants d'immigrés En 2008, la France compte 6,7 millions de descendants directs d'immigrés, soit 11 % de la population, issus pour moitié d'Europe (dont deux tiers d'Europe du Sud : Portugal, Italie, Espagne), et pour près d’un tiers (30 %) du Maghreb. Mais ces moyennes cachent de fortes disparités selon les classes d’âge. En effet, parmi les descendants d'immigrés de plus de 18 ans, 64 % sont originaires d'Europe (dont 43 % d'Europe du Sud), 25 % du Maghreb, 6 % d’Asie et seulement 4 % d'Afrique subsaharienne. Ces proportions sont très proches de celles des anciennes vagues migratoires, typiquement celles des années 1970 (Recensement 1975 : Europe 67 %, Maghreb 25 %, Asie 5 % et Afrique subsaharienne 2 %). La proportion d'origine des descendants directs d'immigrés varie beaucoup en fonction de la classe d'âge, comme le montre le graphique ci dessous : dans la classe d'âge de 18 à 24 ans, les descendants directs d'origine africaine représentent environ 52 % du total.

d, immigres, et, france, descendants

2011 Liverpool City Council election - Ward Results - Woolton

From WIKIPEDIA

Structured data parsed from Wikipedia. Woolton

woolton, ward, city, liverpool, election

British undergraduate degree classification - International comparisons - United States

From WIKIPEDIA

Structured data parsed from Wikipedia. United States British honours degrees are sometimes considered equivalent (by British sources) to a US master's degree, with the US bachelor's degree being equivalent to a British pass degree, due to the much higher degree of specialisation in the UK. However, many British institutions accept US bachelor's degrees for admission to postgraduate study (see below) and US comparison services treat British and American degrees as equivalent. When US bachelor's degrees are compared to British honours degrees, equivalencies can be expressed in terms of either US Grade Point Averages (GPAs) or letter grades. British institutions normally state equivalence in terms of GPAs. Approximate mappings between British classifications and GPAs can be inferred from the graduate admissions criteria used by British universities, which often give international equivalents. For example, University College London (UCL) equates the minimum classification for entrance to GPAs using 1st = 3.6, 2:1 = 3.3 and 2:2 = 3.0. However, different universities convert grades differently: the London School of Economics and Political Science (LSE) considers a GPA (U.S.) of 3.5 or better as equivalent to gaining a 2:1, while the department of English Language and Literature at Oxford considers a GPA of 'about 3.8' equivalent to a first class degree. Similarly, the UK NARIC gives equivalent GPAs for determining eligibility for teacher training bursaries. In contrast, Durham University's North American Undergraduate Guide 2017 gives a conversion table as a guide to understanding British classifications (rather than for admission to postgraduate study) of 1st = 3.8–4.0, 2:1 = 3.3–3.7, 2:2 = 2.8–3.2 and 3rd = 2.3–2.7. The GPA conversions are summarised in the following table: North American Undergraduate Guide 2017 Letter grade equivalents are more commonly used by American institutions. World Education Services (WES), a nonprofit organisation which provides qualification conversion services to many universities and employers, gives 1st = A, 2:1 = A /B+, 2:2 = B, 3rd = B , Pass = C, which would convert British degrees to higher GPAs than the conversion used by UCL if the guidelines for converting grades to GPA given by Duke University are used. The Fulbright Commission has also created 'an unofficial chart with approximate grade conversions between UK results and US GPA.'

british, degree, undergraduate, us, to